Kategorie-Archiv: REALITY & FACTS

39_3_1774

mîlitaire quitter sa patrie, que cependant il aimait autant que nous aimons notre dernière maîtres,

Mathéo terminera ses jours h l’abbaye de la Meilleraye; frère Eugène (c’est le nom de religion du docteur MattaéûJ est de tous les trappistes celui qui s est imposé les pénitences les plus rudes. Dieu, nous aimons à le croire, daignera laisser tomber un regard de commisération sur ce pauvre pécheur, qui trouver dans un monde meilleur, le repos qu’il n’a pu rencontrer iei bas.

Les individus que nous avons souvent rencontrés che la mère Sans Refus; Charles la Belle Cravate, Grand Louis, Cornet tape âur, Eobert Cadet Vincent, Mini, Lenaîrt, Dejean la main d’or,
michael kors nuovo arrivi, Petit Crépine, Biscuit, Lasalîne, et les autres,
michael kors bedford astor, ont reçu la punition due à leurs crimes les uns sont dans les maisons centrales, les autres sont au bagne où ils termineront probablement leur existence. Le Graad Louïs et Charles la Belle Cravate, on le sait déjà, sont du nombre de ces derniers, ces deux misérables ont été condamnés aux travaux forcés a perpétuité,

Cadet Filou, Coco Lardouche et Cadet l’Artésien, ces trois vénérables représentants de l’ancienne pègre, sont moris en regrettant les us et coutumes du temps passé c’est dire qu ils sont morts en état d’împêniience finale. Messire. Satan a dû, lorsquïls sont arrives tons son ténébreux séjour, leur faire une bien magnifique réception.

Fanfan k Grenouille, voteiw devenu agent de police, n’a pas su faire un bon usage des dix mille francs que la mère Sans Refus lui donna, aûn qu’il favorisât son évasion. Après avoir dépensé cette somme en folles orgies,
chanel le boy bags, Fanfan la Grenouille se trouva un beau matin sans ressources sur le pavé du roi, force lui fat alors de reprendre son ancien métier; mais comme il avait, pendant une longue oisiveté, à peu près perdu la plupart de ses facultés, il se laissa prendre la main ans le sac, et il alla rejoindre en prison tous ceux qu’il y avait fait entrer, triste retour des choses dlei basi t Vernier les Bas Bleus, pris ainsi qu’on l’a vu avec Salvador et de Lussan, les

39_3_1807

la petite trousse en cuir,
michael kors totess. Je la traine depuis tant d’ann ! Et l’unique stylo qui est dedans m’a offerte par un ami qui m’est cher.

Dans les choses moins importantes il y a mon permis de conduire. Je sais, on peut le refaire facilement mais j’aime la photo qu’il y a dessus. Mon petit carnet ! Rien d’affectif mais ce carnet c’est ma m mes notes, ma to do list permanente. Il m’est tr utile.

Je crois que j’ai fait le tour. S’il y a autre chose dans mon sac, ce doit des broutilles. M le sac en lui m en cuir tout r dont je n’arrive pas me s Il n’y a pas grand chose d’int dans mon sac, quasiment tout est vieux offert. Mais ce sac, c’est toute ma vie qui est l’int alors soyez bien mignon(e) et rendez le moi s’il vous plait.Lettre à un jeune capitaine

j bien reçu, comme d lettre du 9 avril, que vous avez intitulée "Supplique à un ami journaliste". Veuillez d me pardonner de vous répondre aussi tard. Puisque vous me faites l d le mot "ami",
michael kors bedford astor, permettez d faire autant. Cher ami, sachez que votre courrier m ému.Nous ne nous connaissons pas personnellement. Vous êtes capitaine, à la tête d compagnie du REP en Afghanistan. Je suis journaliste et la chose militaire ne m pas indifférente. C à ce titre que je vous réponds. Vous avez perdu l de vos hommes,
chanel 2.55 borse borse lembo chanel, le légionnaire Hutnik. J eu, un jeudi soir, la tâche d rendre compte ici même. C un devoir avec lequel je ne transige pas et qui est, à chaque fois, douloureux.Vous cherchez à donner un sens à la mort de ce jeune Slovaque de 23 ans venu s dans la Légion étrangère et servir la France. Comment ne pas vous comprendre ? Comment ne pas vous approuver ?Mais, parce que j sur vous le privilège des ans, permettez moi, mon capitaine, de vous dire ce que j ressenti en vous lisant.Votre lettre ressemble à celle que vos anciens du BEP d régiments auraient pu écrire durant la guerre d Une guerre dans laquelle de jeunes officiers servaient comme vous le faites aujourd avec enthousiasme. Une dans laquelle des légionnaires mourraient en grand nombre. Tous croyaient en leur mission et ne